Accueil Habitat durable Comment démarrer un petit potager en permaculture ?

Comment démarrer un petit potager en permaculture ?

par Arnaud G.
Comment démarrer un petit potager en permaculture ?

La permaculture respecte la nature et la biodiversité en protégeant les écosystèmes naturels. Pour une bonne culture de vos fruits et légumes, la terre de votre sol doit accueillir les végétaux. Votre potager en permaculture devient alors la rencontre entre l’humain et la nature. Pour que le sol de votre jardin se développe, voici tout ce que vous devez savoir.

Les premières étapes pour donner vie à votre potager en permaculture

Cultiver son jardin en permaculture est un travail de longue haleine. Cette pratique va à l’encontre du jardinage traditionnel. Adieu les pesticides et les substances dégradantes qui détruisent le sol naturel. Vous devez apprendre à faire confiance à la nature. Pour bien respecter la biodiversité et ses espèces, votre potager doit être bien conçu et entretenu. Avant de vous lancer bille en tête, vous devez prendre le temps de faire les choses dans l’ordre.

Observez votre potager avant de cultiver votre jardin

Avant vos premières plantations en permaculture, nous vous conseillons d’observer votre potager. Commencez par effectuer un état des lieux de votre potager en vérifiant :

  • sa surface cultivable ;
  • les animaux et insectes présents au sol ;
  • les endroits secs et humides ;
  • son exposition au soleil et au vent.

Avec ces réponses, vous pourrez délimiter le terrain pour votre potager. En fonction de l’endroit choisi, les résultats obtenus seront différents.

Faites le design de votre futur potager en permaculture

Faire un croquis de votre potager permettra de vous projeter davantage. Pour cela, nous vous proposons de dessiner le plan de votre maison et de la végétation existante. Votre potager doit être proche de la maison et facilement accessible. Chaque élément doit être placé de manière réfléchie. N’oubliez pas d’inclure des éléments essentiels comme :

  • le composteur ;
  • les arrivées d’eau à proximité ;
  • la dimension de votre clôture ;
  • la direction du soleil et du vent.

À cette étape, vous devriez pouvoir délimiter la zone et construire vos futures parcelles.

Le paillage comme étape essentielle pour préparer le sol du potager

Le paillage consiste à placer sur votre sol une couverture constituée de matériaux organiques. En hiver,vous pouvezétaler une couche pour préparer votre sol à accueillir les plantes. Avec cette approche, vous éviterez la prolifération des maladies dans votre potager. Votre jardin sera beaucoup plus fertile et propice à l’accueil des végétaux et insectes. Le paillage permet de résister aux chocs climatiques et aux écarts de températures. Il est essentiel de ne jamais laisser votre sol nu. Il existe différents types de paillage.

Le bois fragmenté pour amender la terre de son jardin

Le bois raméal fragmenté (BRF) est un broyat de bois frais vivant,riche en nutriments. C’est une technique fondée sur la reproduction du système forestier. La structure du sol est améliorée et l’activité est stimulée. Le bois est idéal pour relancer la biodiversité dans des sols pauvres. Il favorise aussi le développement de plusieurs champignons. Ces derniers pourront s’associer aux racines de vos végétaux pour des échanges de nutriments. Il est important d’en étendre une épaisseur d’au moins 20 cm.

Le compost : l’engrais parfait pour votre potager

Le compost est un formidable engrais pour maintenir la richesse du sol en permaculture. Le sol est stimulé grâce à la dilution des matières organiques. Le compost utilise aussi des nutriments. Il limite l’appauvrissement des sols, ce qui évite une baisse des récoltes. Vous pouvez composter vos épluchures, la tonte de votre gazon ainsi que des feuilles mortes. Les déchets ménagers seront alors recyclés en déchet organique. N’oubliez pas d’équilibrer et de varier les déchets. Essayez de mélanger des déchets secs et humides en y ajoutant de l’eau.

Le chanvre : un atout pour la vie du sol de votre jardin

Le paillis de chanvre diminue les risques d’évaporation et conserve un sol humide. Vous aurez moins besoin d’arroser votre jardin. Il est très facile à installer et résiste bien au vent malgré sa légèreté. Le paillis de chanvre peut durer plus de 18 mois. Riche en minéraux, il représente un très bon engrais nutritif pour les plantes. Il conserve une bonne humidité au sol. Son pH est neutre et n’acidifie pas la terre. Autre avantage : il évite le pourrissement des fruits et légumes poussant au ras du sol.

Quelles techniques utiliser pour ses premières plantations en permaculture ?

La permaculture permet de laisser libre cours à votre imagination. L’architecture de votre terrain et de votre lieu d’habitation est un élément déterminant. La météo joue aussi un rôle essentiel. Dans les zones froides en hiver, les plantes ne peuvent pas rester en extérieur à cause du gel. En permaculture, la terre ne doit jamais être retournée ni bêchée. À vous de trouver votre propre méthode, en y prenant du plaisir. Plusieurs techniques peuvent être combinées pour cultiver la terre.

Cultiver des plants de semis en permaculture

Réaliser ses propres semis en contenants est plus économique. Le choix des fruits et légumes est en effet plus abondant. La plantation permet d’allonger la saison des cultures. Ainsi, les semis peuvent être démarrés en février, quand la plantation en pleine terre est impossible. Pour cela, prenez un bac ou un godet et placez vos premières graines dans la terre. Vous pouvez investir dans une serre pour protéger vos plantations du gel hivernal. Au bout de 30 jours environ, passez au repiquage dans le sol de votre potager. Cette étape est à effectuer généralement au printemps.

La culture sur des buttes pour un jardin plus résistant

La culture sur butte permet d’augmenter la profondeur de terre des racines. Les buttes favorisent le drainage des eaux de pluie et des eaux stagnantes. Le potager cultivé n’est donc pas saturé. Vos plantations seront plus résistantes et en meilleure santé grâce à la surélévation du sol. Ce dernier ne sera pas retourné à chaque changement de culture. En conséquence, la vie se développe davantage et les espèces vivantes sont protégées. Enfin, grâce à cette surélévation, le dos du jardinier est beaucoup moins sollicité.

Désormais, vous êtes prêt à planter vos premiers fruits et légumes. Laissez la biodiversité faire son travail. Pensez à l’entretien de votre potager et à arroser régulièrement vos plantes.

related articles

Laisser un commentaire